Mes favoris

Mon guide de Tokyo

Vous voyez quelque chose d'intéressant ? Cliquez sur le bouton coeur dans l'article pour ajouter une page de ce site dans Mes favoris.

Début du contenu principal

Updated: December 20, 2019

Une culture artisanale traditionnelle au bord de l’eau

La rivière Kandagawa s’étend sur près de 25 kilomètres d’ouest en est, depuis l’étang d’Inokashira dans le quartier de Mitaka jusqu’à l’embranchement où elle rejoint le fleuve Sumidagawa près de la salle Kokugikan. Autrement dit, elle couvre plus ou moins la longueur du centre de Tokyo. De nombreux cours d’eau de la ville s’écoulent en souterrain, mais la rivière Kandagawa est largement à ciel ouvert. Elle est bordée de bâtiments modernes et de monuments célèbres et fait partie des douves extérieures du Palais impérial.
À l’époque d’Edo (1603-1867), le quartier aujourd’hui connu sous le nom de Kanda était une zone spécialisée dans la teinture des tissus. Un grand nombre d’artisans s’y sont installés, relançant l’industrie à Tokyo. C’est également à cette époque que se sont développées les techniques traditionnelles de teinture. Le mot japonais pour teinture est « some » (prononcé « somé »). Une de ces techniques, le Tokyo Some Komon, utilise du papier pour créer des motifs complexes. La technique Tokyo Tegaki Yuzen, quant à elle, présente de magnifiques motifs liés à la nature, tels que des fleurs, des oiseaux et des paysages.
Au tournant du XXe siècle, la ville a continué à s’urbaniser. L’eau de la rivière du quartier n’était alors plus appropriée pour la teinture, en raison des déchets liquides ménagers et de divers autres facteurs. Les teinturiers voulaient de l’eau pure et ont donc déménagé plus en amont sur la rivière Kandagawa. Les quartiers de Waseda, Totsuka, Ochiai et Nakai de l’arrondissement de Shinjuku sont devenus des centres de teinture, car de nombreux magasins et ateliers de teinture se sont installés le long de la rivière Kandagawa et au bord de l’un de ses affluents, la rivière Myoshojigawa. Promenez-vous dans ces quartiers pour apprécier le savoir-faire des artisans teinturiers et pour en apprendre davantage sur cette tradition peu connue de la culture artisanale de Tokyo.

Recommandations

  • Ne ratez pas le festival Some no Komichi en février.
  • Visitez les ateliers de teinture.
  • Visitez un musée dédié aux traditions de la teinture à Tokyo et fabriquez votre propre objet en souvenir.

Découvrez un atelier fascinant et fabriquez votre propre article

Les quartiers de Nakai et d’Ochiai dans l’arrondissement de Shinjuku sont un épicentre de la teinture le long de la rivière Kandagawa. Il y a plusieurs siècles, les habitants d’Asakusa et de Kanda utilisaient les eaux pures des rivières voisines pour les travaux de teinture traditionnelle, mais les choses ont véritablement évolué il y a environ un siècle. Des centaines d’ateliers se sont ouverts au bord des rivières Kandagawa et Myoshojigawa, un affluent de la Kandagawa. Ils confectionnaient de magnifiques articles fabriqués à la main – on y trouvait de tout, des kimonos jusqu’aux rideaux (noren) utilisés à l’entrée des restaurants. Aujourd’hui, l’eau utilisée pour la teinture provient de puits et d’aquifères plutôt que de la rivière Kandagawa et de ses affluents. Le processus d’amidonnage dans la rivière Myoshojigawa appartient peut-être désormais au passé, mais vous pouvez avoir une idée du rôle historique de ces quartiers en visitant les ateliers de teinture qui bordent la rivière.
Futaba-en, fondé en 1920, est l’un de ces ateliers. Il propose des visites guidées en anglais, ainsi que des cours permettant d’apprendre la technique d’impression à la main de l’époque d’Edo pour la teinture de petites serviettes, de nappes et d’autres articles avec des motifs traditionnels.

 

Festival Some no Komichi

Some no Komichi (le chemin de la teinture) est un festival annuel qui se tient le dernier week-end de février et célèbre les techniques de teinture développées le long de la rivière Myoshojigawa dans les quartiers d’Ochiai et de Nakai. L’événement présente des pièces de tissu aux couleurs vives suspendues au-dessus de la rivière, qui rappellent l’époque où les teinturiers lavaient dans le cours d’eau les vêtements fraîchement teints. Le comité de Some no Komichi propose des visites guidées en anglais qui apportent aux visiteurs internationaux un excellent aperçu du festival et de son histoire. Le comité organise aussi des ateliers de teinture auxquels vous pouvez participez si vous le souhaitez. Le festival a lieu dans les quartiers d’Ochiai et de Nakai, près de la gare de Nakai et de la station Ochiai.

 

Musée de Tokyo Somemonogatari (teinture artisanale de Tomita)

Promenez-vous le long de la rivière Kandagawa en allant vers l’est depuis Ochiai et Nakai et vous arriverez rapidement dans les quartiers de Takadanobaba et de Waseda dans l’arrondissement de Shinjuku, des quartiers qui abritent également plusieurs ateliers de teinture traditionnelle ainsi que le musée de Tokyo Somemonogatari (teinture artisanale de Tomita).
Dans ce musée, vous pouvez admirer de magnifiques articles teints, tels que des kimonos, des chemises et même des cravates. Si vous voulez vous essayer aux techniques traditionnelles de teinture, pourquoi ne pas vous inscrire à un atelier ? Vous pourrez ainsi teindre un tissu dans le style Tokyo Some Komon et ramener votre travail chez vous en souvenir. Sachez cependant que le musée est ouvert uniquement en semaine de 10 h à midi et de 13 h à 16 h. L’atelier est organisé uniquement lorsqu’un groupe d’au moins cinq personnes y participe et il est nécessaire de réserver au préalable. Les heures d’ouverture du musée étant susceptibles de changer, il est préférable de consulter le site Internet officiel du musée avant votre visite.

Renseignez-vous avant votre voyage

Les membres de l’Association des teinturiers de Tokyo organisent souvent des événements en anglais, notamment des visites et des conférences sur les différents styles de kimonos réalisés par des maîtres teinturiers. Vérifiez les dernières informations mises en ligne avant de visiter la ville.

Guide des fronts de mer