Mes favoris

Mon guide de Tokyo

Vous voyez quelque chose d'intéressant ? Cliquez sur le bouton coeur dans l'article pour ajouter une page de ce site dans Mes favoris.

Début du contenu principal

Updated: November 25, 2020

Afin d’empêcher la propagation du coronavirus (COVID-19), plusieurs lieux et établissements de Tokyo sont susceptibles de modifier leurs jours et horaires d’ouverture. En outre, certains événements peuvent être annulés ou reportés. Veuillez consulter les sites officiels des établissements et des événements pour connaître les dernières mises à jour et informations.

Le mot japonais « izakaya » (居酒屋) est constitué de trois kanji signifiant dans l’ordre « rester – alcool – toit ». Autrement dit, un endroit pour s’installer, prendre un verre et se mettre à l’aise. C’est exactement ça !

Qu’est-ce qu’un izakaya ?

Des petits établissements indépendants aux grandes chaînes, les izakaya sont omniprésents dans tout le Japon. Les gens viennent s’y détendre entre collègues ou entre amis. Plus proches d’un bar à tapas ou d’un pub-restaurant que d’un simple bar, les izakaya proposent de la bière, du whisky, du saké et une grande variété de plats japonais (et pas si japonais que ça).

Certains izakaya ressemblent à des bars, d’autres plus à des restaurants. Dans certains établissements, les tables sont basses et on s’assoit sur un coussin ou sur une chaise basse à même le sol, tandis que d’autres sont équipés de chaises et de tables standards de style occidental. On vous demandera probablement de retirer vos chaussures avant d’entrer et de les mettre dans un casier près de l’entrée ou à un endroit désigné près de votre table.

Dans les grandes chaînes d’izakaya, la commande peut se faire sur des tablettes électroniques. Les menus des petits établissements sont généralement rédigés uniquement en japonais et certains sont entièrement écrits à la main. Mais ne vous laissez pas dissuader pour autant. L’atmosphère décontractée et l’alcool qui coule à flots vous aideront vite à sympathiser avec vos voisins qui pourront être une source inestimable d’informations et de suggestions.

À la fin de la soirée, dites « okaikei onegaishimasu » ou faites un X en croisant vos index et on vous apportera votre addition à votre table. Celle-ci n’étant pas toujours entièrement détaillée, soyez prêt à simplement partager équitablement le montant avec les personnes de votre groupe. En outre, comme dans tous les restaurants du Japon, on ne laisse habituellement pas de pourboire.

Généralement, un izakaya ouvre entre 17 h et 18 h. Beaucoup ferment à 23 h ou à minuit, à l’heure des derniers trains qui ramènent les gens chez eux, tandis que certains restent ouverts jusqu’au petit matin.

Intérieur d'un izakaya

Clients trinquant dans un izakaya

Qu’y a-t-il à la carte d’un izakaya typique ?

Généralement, les izakaya proposent sur leur carte de savoureux plats sans prétention et diverses boissons. La nourriture se présente principalement dans des petites assiettes peu copieuses que l’on peut partager. La carte des boissons se compose essentiellement de bière, de whisky, de saké et de cocktails basiques. Les prix sont généralement raisonnables, si bien que l’on peut essayer de nombreux plats sans se ruiner.

Nourriture

La cuisine des izakaya est plutôt classique, simple et attrayante. Attendez-vous à y trouver des yakitori (brochettes de poulet grillé) et autres viandes et poissons grillés, des karaage (poulet frit), des edamame, des légumes marinés et probablement des plats occidentaux standards tels que des frites, de la salade de pommes de terre ou de la pizza. D’autres mets japonais classiques, comme les sushis et les ramen, sont souvent aussi disponibles dans les grands izakaya (mais peu courants dans les petits établissements).

À la base, la nourriture des izakaya est faite pour bien accompagner la boisson. Assurez-vous juste de commander suffisamment pour tout le monde, car les plats sont généralement en petites portions ou en portions individuelles. Mais inutile de tout commander d’un seul coup : vous pouvez en effet en profiter pour passer des petites commandes lorsque vous reprenez des boissons. Si vous n’êtes toujours pas rassasié à la fin de la soirée, prenez des boulettes de riz grillées !

Lorsqu’on prend place dans un izakaya, on vous remet une petite serviette pour s’essuyer les mains et un petit plat de bienvenue appelé « otoshi ». Ce plat est compris dans les frais d’entrée, « otoshidai », et peut être aussi bien des légumes cuits que du poisson frais. Soyez curieux et goûtez-y.

Dernière remarque : la plupart des izakaya ne sont pas très végétaliens ni végétariens. Le Japon est un pays omnivore. Vérifiez bien sur la carte ou demandez directement au personnel afin d’être sûr que la salade que vous venez de commander n’est pas parsemée de fromage ou de bacon.

Plats d'un izakaya

Boissons

Ne vous attendez pas à de la bière issue de micro-brasseries ou à des cocktails raffinés. Vous aurez généralement le choix entre de la bière bien glacée, du saké, du shochu, du whisky et du vin. Parmi les mélanges populaires, on trouve le whisky soda (appelé « highball » en japonais) et les « sours » (shochu avec du soda et des arômes de fruit, assez similaires aux eaux pétillantes alcoolisées récemment devenues très populaires dans certains pays occidentaux).

De nombreux izakaya proposent un happy hour en début de soirée, et beaucoup ont des formules boissons à volonté toute la soirée – il suffit de payer un certain montant pour avoir accès à des boissons à volonté pendant une durée déterminée (généralement de 1 à 2 heures). Et si vous ne buvez pas d’alcool, pas de problème ! Presque tous les izakaya proposent également du thé, des jus de fruits et autres boissons non alcoolisées.

Remarque : pendant longtemps, il était permis de fumer dans pratiquement tous les bars et izakaya du Japon, mais cela a grandement changé depuis avril 2020. Fumer est désormais interdit dans la plupart des bars et restaurants. Cela reste autorisé uniquement dans des salles séparées et prévues à cet effet. De ce fait, les petits izakaya d’une seule pièce sont devenus entièrement non-fumeurs. En outre, de nombreux restaurants à Tokyo disposent de sections fumeur et non-fumeur séparées, mais la séparation entre les deux espaces est souvent assez rudimentaire. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle loi est probablement une mauvaise nouvelle pour les fumeurs, mais si vous n’aimez pas être incommodé par la fumée de cigarette, vous devriez alors pouvoir passer un moment agréable dans un izakaya de Tokyo.

Boissons

Rendez-vous dans les ruelles de Tokyo pleines d’izakaya

« Yokocho » signifie « ruelle » en japonais, mais le sens de ce mot a évolué pour désigner des rues étroites, bordées de lanternes rouges et pleines d’izakaya et de bars. Rendez-vous dans ces ruelles pour découvrir un Tokyo moins raffiné et plus authentique, et pour prendre un verre avec les habitants locaux.

Traditionnellement, dans un yokocho, l’entrée d’un izakaya est signalée par des lanternes rouges ou blanches avec le nom de l’établissement calligraphié dessus. Un noren, ou rideau en tissu, marque l’entrée de l’établissement. L’intérieur est généralement plutôt compact, certains endroits servant moins de dix personnes à la fois. Il se peut qu’il n’y ait que des places au comptoir, et parfois même qu’il n’y ait aucun siège – les tachinomi (bars où l’on consomme debout) sont en effet assez courants. Ce genre d’établissement offre une expérience divertissante et chaleureuse : tout le monde est installé côte à côte et partage des conversations amusantes. (Mais n’y allez pas en groupe trop nombreux, car tout le monde ne pourra pas rentrer !)

Les meilleurs yokocho de Tokyo se trouvent là où l’on s’y attend, c’est-à-dire dans des zones bondées de monde et à proximité des immeubles de bureaux, ce qui en fait des endroits parfaits pour se détendre entre collègues et pour échapper à la foule. La plupart de ces ruelles sont situées à seulement quelques pas des gares des zones d’affaires et des principaux quartiers de la ville, tels que le quartier central de Shinjuku (on y trouve notamment les ruelles Omoide Yokocho et Golden Gai) et les quartiers de Shibuya, d’Ebisu (Ebisu Yokocho) au sud, de Shimbashi à l’est et d’Ueno (Ameyoko) au nord-est.

Omoide Yokocho
Ebisu Yokocho
Ameyoko

Boire & Manger

Tout voir
 

En savoir davantage