Mes favoris

Mon guide de Tokyo

Vous voyez quelque chose d'intéressant ? Cliquez sur le bouton coeur dans l'article pour ajouter une page de ce site dans Mes favoris.

Début du contenu principal

Updated: September 30, 2020

Afin d’empêcher la propagation du coronavirus (COVID-19), plusieurs lieux et établissements de Tokyo sont susceptibles de modifier leurs jours et horaires d’ouverture. En outre, certains événements peuvent être annulés ou reportés. Veuillez consulter les sites officiels des établissements et des événements pour connaître les dernières mises à jour et informations.

Edo est l’ancien nom de Tokyo, et l’époque d’Edo fait référence à une période fascinante de l’histoire japonaise qui s’étala du 17e au 19e siècle.
Tout a commencé en 1603. Après une longue période de guerre civile, Tokugawa Ieyasu prend le contrôle du Japon et met en place le shogunat Tokugawa qui gouverne depuis la ville d’Edo. Au cours des siècles suivants, le pays connaît la paix, la croissance économique et une explosion des arts et de la culture. De nombreuses traditions et formes d’art que les gens du monde entier associent au Japon ont vu le jour à cette époque.
Plus tard, la capitale du Japon prend le nom de Tokyo et se développe pour devenir la gigantesque ville moderne que nous connaissons aujourd’hui. Mais le passé d’Edo n’a pas disparu. Dans certains quartiers, parcs et musées, on peut encore avoir un aperçu de cette époque révolue.

Conseils

  • Nihombashi est l’endroit idéal pour acheter des objets d’artisanat traditionnel.
  • Dégustez une boisson dans une maison de thé à Rikugien.
  • Visitez le musée Fukugawa Edo de l’arrondissement de Koto pour voir les reconstitutions d’un chariot à nouilles et d’une tour de guet contre les incendies.
  • N’oubliez pas de retirer vos chaussures lorsque vous entrez dans une maison du musée architectural à ciel ouvert d’Edo-Tokyo.

Nihombashi

Le pont Nihombashi a été construit en 1603, l’année même de la mise en place du shogunat Tokugawa. Cet ancien pont d’Edo était le point de départ des cinq grandes routes, c’est-à-dire les routes principales qui reliaient Edo à Kyoto et à d’autres lieux importants du pays. Aujourd’hui, ce pont représente le « kilomètre zéro », le point à partir duquel toutes les distances entre Tokyo et les autres lieux sont mesurées.
Le quartier autour du pont était le centre-ville originel d’Edo. C’était un carrefour commercial où l’on vendait de la nourriture, des vêtements et autres. Même au 21e siècle, le quartier conserve cette identité, avec un mélange de grands magasins et de vendeurs indépendants installés dans les ruelles. Aujourd’hui, Nihombashi est un fascinant mélange d’ancien et de nouveau, avec de vieux sanctuaires qui côtoient de remarquables bâtiments à l’architecture contemporaine. Le simple fait de se promener dans le quartier évoque le passé de Tokyo.

Jardin de Rikugien

Rikugien donne une vision différente de l’époque d’Edo, loin du bruit et de l’agitation du centre-ville. C’est un jardin paysager construit en 1695 par un aristocrate de haut rang. On y trouve une colline artificielle et un étang en son centre, entourés par de sinueux sentiers de promenade. Certains lieux ont été conçus pour représenter des poèmes et le nom Rikugien est fortement lié à la poésie japonaise classique. Ces endroits, chacun indiqué par une borne en pierre, constituent des spots parfaits pour votre Instagram.
Le jardin dévoile toute sa beauté au printemps, lorsque les cerisiers sont en fleur, mais aussi en automne, lorsque les feuilles d’érable et de zelkova deviennent rouge vif. Durant ces saisons, Rikugien propose des horaires d’ouverture prolongés, avec un éclairage qui donne naissance à de magnifiques paysages à la nuit tombée.

Musée Fukugawa Edo de l’arrondissement de Koto

L’arrondissement de Koto, dans l’est de Tokyo, abrite un musée qui recrée fidèlement le passé. On y trouve une réplique grandeur nature d’une rue de Tokyo des dernières années de l’époque d’Edo qu’il est possible de parcourir et d’explorer. L’éclairage change pour refléter l’heure de la journée et des effets sonores émulent les voix des habitants et les bruits des saisons. Ce musée propose une expérience incroyablement immersive.
Dans la zone de repos, les visiteurs peuvent regarder des vidéos sur la construction du musée. Celui-ci a été bâti en utilisant les mêmes techniques que celles employées au cours des siècles passés. Chaque détail a été conçu en se basant sur de minutieuses recherches. Il n’y a donc pas de meilleur moyen pour en apprendre davantage sur les habitants de l’époque d’Edo, les maisons dans lesquelles ils vivaient et les produits qu’ils achetaient.
Le prix d’entrée de 400 yens est très raisonnable et des bénévoles sont souvent disponibles pour proposer des visites guidées en anglais.

Musée architectural à ciel ouvert d’Edo-Tokyo

Le musée architectural à ciel ouvert d’Edo-Tokyo, créé en 1993 par le gouvernement métropolitain de Tokyo, est un musée exposant des bâtiments entiers qui ont été déplacés ou reconstruits dans un vaste parc.
Parmi les bâtiments à l’architecture ancienne qui y sont exposés, on peut voir d’élégantes maisons, des fermes et des magasins. Les bâtiments ne datent pas uniquement de l’époque d’Edo et couvrent une large période de l’histoire japonaise jusqu’au 20e siècle.
On y trouve trois zones : Ouest, Centrale et Est. La zone Ouest présente un large éventail de résidences. La zone Centrale propose un centre d’accueil pour les visiteurs installé dans un ancien palais. La zone Est, quant à elle, compte divers commerces, dont un bar, un atelier de tailleur et une épicerie.
Certains bâtiments abritent un restaurant ou un café où l’on peut goûter à l’histoire. On y trouve également une boutique de souvenirs proposant des jouets d’autrefois et autres souvenirs.